Les 10 choses à faire avant d’avoir 40 ans 

Par Stéphane Deslauriers

 

Je me souviendrai de ce moment important de ma vie. Alors que je venais d’avoir 32 ans, je me retrouve dans le bureau de Robert. Robert est nouvellement président d’une entreprise de technologie de l’information, en plein boom de l’industrie. Robert, un homme dynamique et inspirant a bâti sa carrière sur le pouvoir des hommes et la force de conviction. Je regarde Robert, jeune quarantenaire,c’était hissé dans l’élite de la société québécoise de l’époque. Moi, jeune trentenaire, j’aspirais à atteindre ce niveau, et avide de connaissances, j’écoutais ce mentor qui me racontait son histoire, et j’essayais de comprendre le « chemin » à parcourir.

Après avoir écouté mon cheminement et mes aspirations, Robert s’est retourné pensif. Quelques secondes plus tard, il sortit une feuille de son agenda, conservée avec soin dans son cahier de travail. Avant de me la présenter, il me dit : « Stéphane, il y a un plus d’une quinzaine d’années, alors que je venais d’avoir 29 ans, je suis tombé sur ce document que j’ai gardé avec soin dans mes affaires.   Et ce document a été ma bible de travail tout au long de ma trentaine. Je te l’offre afin qu’il t’inspire comme il m’a inspiré. Donc, si c’est utile pour toi, tant mieux ».

Aujourd’hui alors que c’est la période des vacances, je suis retombé sur ce document que j’ai parcouru au cours de la trentaine. Aujourd’hui, alors que j’amorce bientôt ma cinquantaine, je peux constater comment ces éléments sont toujours pertinents et l’ont été tout au long de ma carrière. Alors, je vous en fais une traduction libre de ces éléments qui, je crois, sont toujours pertinents aujourd’hui.

Voilà

***

Il est de notoriété publique que le travail devient plus difficile après 40 ans, mais pour de nombreuses personnes, la quarantaine est un symbole de succès. Les responsabilités sont plus importantes, mais vous devriez être en mesure de mettre à profit votre expérience, votre savoir-faire et votre savoir-être, et d’avoir développé votre capacité de jugement, plutôt que de devoir travailler 18 heures par jour afin d’assurer votre succès. Pour la plupart des personnes, la majorité des récompenses et des succès arriveront après 40 ans. Mais pour y arriver, vous devriez nécessairement avoir fait les bonnes choses AVANT 40 ans afin d’y arriver. Autrement, le succès, qu’il soit professionnel ou personnel sera plus difficile à atteindre.

Que signifient « Faire les bonnes choses »?  Voici les 10 choses à faire avant l’âge de 40 ans.

1-   Faites vos devoirs et expérimentez.  

Vous devez apprendre tout ce que vous pouvez apprendre dans le domaine qui vous intéresse. Avant 40 ans, c’est le temps d’apprendre et de comprendre. C’est le moment ou les études sont les plus importantes. Plus jeune, vous deviendrez un expert dans le secteur que vous choisirez plus jeune, vous serez en mesure d’en comprendre les subtilités.   Cette connaissance, tant théorique, que pratique est essentielle afin de vous hisser parmi les meilleurs de votre profession. Voyez grand, et ne vous limitez pas uniquement à une spécialité. La vingtaine est l’époque de la connaissance théorique, et la trentaine est la dizaine ou vous devez expérimenter le plus possible et élargir vos champs de connaissances.   Intéressez-vous à un large spectre de connaissance, tout en développant votre expertise.

Donc, si aspirez à la profession d’avocat en litige, ne vous limitez pas au litige, testez les autres spécialités. Même chose pour la comptabilité, l’audit, l’informatique, la gestion ou même plombier, émondeurs ou garde-forestier. Testez et apprenez. Prenez le temps de vous renseigner sur les nouvelles tendances, et soyez alerte dans tout ce que vous faites et apprenez. Soyez curieux. Le bagage de connaissance que vous apprendrez à ce moment est essentiel pour la suite.

Vous le verrez bien assez vite, il est beaucoup plus difficile d’apprendre et de se remettre en question après 40 ans. Ainsi, il est normal de faire des « nocturnes » lors de la vingtaine ou de la trentaine, mais beaucoup plus difficiles après 40 ans. Car malgré toute la force et la volonté, le corps étant ce qu’il est, les récupérations sont beaucoup plus longues après 40 ans.

2-   Développez votre propre style.

Développer son style ne veut pas nécessairement avoir un look particulier, mais simplement il faut vous développer une personnalité propre. Vous êtes une personne unique, et tant vous que les autres devez le savoir, le comprendre et l’assumer. Au cours de la vingtaine ou de la trentaine, vous pouvez expérimenter des choses, quitte à changer d’orientation en cours de route, mais vous devez apprendre ce que vous aimez et n’aimez pas.

Tant les chefs au-dessus de vous, que vos collaborateurs, partenaires et employés auront besoin de modèle, de constance et de confiance. Vous devez clairement assumer qui vous êtes que ce soit psychologiquement, physiquement, tant votre vie professionnelle que personnelle. Vous devez absolument vous trouver. Travaillez sur vous même afin de rechercher le type de personne que vous êtes et que vous voulez devenir. Car, de cette personne, tant vous que les autres forgerez leur avenir après de vous.

En d’autres mots, vous avez une personnalité créative, bien assumez cette créativité. Vous êtes un gestionnaire exigent, assumez-le. Vous voulez devenir « Président du Monde » alors, assumez ce rêve. Vous aimez la nature et passer des jours parmi les arbres dans les forêts, assumez ce besoin.

Plus futilement, trouvez-vous un look qui vous ressemble. Vous aimez la barbe, portez là. Vous êtes bedonnant, assumez-vous. Vous aimez être blonde, soyez-le. Vous aimez la musique, écoutez-en partout.  Vous aimez les fleurs dans votre bureau, faites-en une « marque de commerce » et mettez-en régulièrement et embaumez votre environnement. Car, nous restons des animaux, et le look, qui bien malgré les souhaits des bons pensants, est important. Il est l’ouverture du regard des autres. Il ne faut pas l’oublier

Et bien sûr, lorsque vous avez assumé ce que vous êtes et ce que vous voulez faire, revenez au premier conseil… Faites vos devoirs et devenez le maître dans ce domaine… Et n’oubliez pas, il n’y a rien de plus insécurisant pour les environnements normés dans lequel nous vivons que quelqu’un qui cherche à changer dramatiquement à la mi-carrière. Bien que rien n’est dans le « béton » posez-vous ces questions avant quarante ans, car après, tout est plus compliqué.

3-   Faites le ménage dans votre vie émotive

La vie professionnelle n’est qu’une partie de la vie, alors que le reste est toujours présent. En d’autres mots, votre vie personnelle va toujours influer sur votre vie professionnelle. Donc, votre équilibre émotionnel sera la pierre d’assise sur lequel vous pourrez avoir du succès dans vos projets.

En d’autres mots, si vous voulez vous marier, alors mariez-vous avant 40 ans. Si vous voulez divorcer, faites-le. Si vous en voulez à vos parents, votre sœur, votre frère, votre ancien patron pour une douleur lointaine, faites le ménage et adressez ces éléments avec les personnes concernées et pardonnez. Faites la paix avec votre passé et prenez du temps avec ceux pour qui c’est important pour maintenir cet équilibre. Si vous avez des rêves que vous vouliez absolument réaliser, faites en sorte que ces rêves se réalisent.

Par contre, il arrivera toujours quelque chose, que ce soit la maladie ou les accidents augmentera la charge émotive de votre vie. Malheureusement ces moments ne sont pas prévisibles, mais si vous avez déjà fait le ménage dans votre vie émotive, ces nouveaux défis seront beaucoup plus faciles à assumer.

Que ce soit dans la vie professionnelle ou personnelle, il est toujours plus difficile de favoriser ceux qui trainent avec eux un lourd passé et qui sont sujets aux éclats émotionnels trop fréquents. Sans cette « zénitude », cette image d’instabilité que vous trainerez avec vous vous mettra constamment des bâtons dans les roues. Nous l’avons dit, l’environnement « normé » aime la stabilité.

4-   Prenez conscience de vos limites

Acceptez les éléments dans lesquels vous n’êtes pas « bon » ou que vous ne pouvez supporter.

Si vous n’aimez pas la comptabilité, ou vous n’êtes pas un champion de l’orthographe, cessez de mettre de l’énergie dans des secteurs dans lesquels vous savez instinctivement que vous ne pourrez jamais en devenir un expert. Si vous n’aimez pas travailler dans des environnements normés, c’est le temps de l’assumer à l’aube de la quarantaine. Si vous détestez travailler avec les personnes issues de la « Russie Orientale » c’est le temps pour vous de choisir vos territoires de travail. Vous avez le droit de choisir dorénavant, mais choisissez en fonction de vos limites et nous le verront aussi vos forces.

Par contre, soyez aussi réaliste dans vos attentes relativement à ces limites. N’espérez pas à 22 ans ne pas avoir à apprendre la comptabilité en espérant devenir « Président du Monde ». Car, pour aspirer à des postes supérieurs, il y a une base à avoir dans tous les secteurs. Il est difficile de se présenter comme expert en gestion si vous n’êtes pas en mesure de comprendre un état financier. Nous l’avons dit lors de la première recommandation, vous devez apprendre dans la vingtaine et expérimenter dans la trentaine. Alors oui, testez ces limites à travers vos expériences. Mais lors de la fin de la trentaine, vous allez devoir faire des choix et assumer ces limites.

Car si vous ne le faites pas, la prochaine dizaine sera difficile pour vous. Vous ne pourrez réellement vous épanouir si vous vous confrontez toujours sur le même mur, la même limite constamment. Votre chemin de carrière devra lui aussi prendre en compte ces limites. Vous pourriez les combler par une équipe plus forte autour de vous ayant ces forces. Et n’oubliez pas, « Superman » est un mythe. Il est impossible d’être un expert dans tout.

5-   Maitrisez vos forces

À l’aube de la quarantaine, vous devez savoir les éléments qui vous démarquent le mieux, celle qui fait de vous une personne exceptionnelle. Vous devez savoir ce que vous aimez profondément.

Personnellement, j’ai choisi au début de ma quarantaine que mon terrain de jeu sera oui le Québec que j’aime, mais aussi l’Europe et plus particulièrement la France, un pays que j’adore profondément. Et ce choix n’était pas lié à une « opportunité », mais lié à un choix totalement assumé. Je savais que j’avais des forces qui me liaient à ce pays, et j’ai décidé d’en faire mon terrain de jeu de prédilection.

Tout au long de votre vingtaine et de votre trentaine, vous vous comprendrez beaucoup mieux et vous pourrez ainsi bien assumer vos forces. Vous vous sentez confortable en conseil, ou en enseignant, alors assumez ces forces et faites-en des éléments distinctifs. Soyez un expert dans vos forces, et ne vous laissez jamais dépasser par une autre personne. Restez à l’affut des meilleurs dans ce domaine et apprenez d’eux. Vous devez exploiter vos forces au maximum. Car ce sont ces forces qui feront de vous une personne à succès. Ce sont ces forces que tous reconnaitront, et qui voudront « vous avoir dans leur équipe ».

Et comme je le dis souvent.  Si nous avions demandé à Wayne Gretzky, héros de hockey de mon enfance, de jouer en défense plutôt qu’aller compter des buts, il n’aurait jamais été la « Merveille » et héros de millions de jeunes canadiens. Donc, soyez un héros dans votre domaine, et assurez-vous que les autres membres de votre équipe vous supportent.

6-   Apprenez à vous entourer, inspirer, mobiliser et déléguer

Développer son expertise et être reconnu pour cette expertise est un sentiment extrêmement gratifiant, qui peut même devenir grisant. Oui, plus nous développons notre expertise, plus les gens nous reconnaissent comme tels. Et plus les autres reconnaissent cette expertise, plus ils font appel à nous. Excellent pour la confiance en soi, et excellent pour le succès. Mais inévitablement, le modèle de « superman » craquera. Car inévitablement, la quarantaine est la dizaine ou les responsabilités s’accumulent et vous vous frapperez très tôt avec le « mur du 24 heures ». Oui ce mur qui nous dit qu’il n’y a que 24 heures dans une journée et que si vous n’apprenez pas à jouer en équipe, vous vous retrouverez très rapidement avec une détresse physique et psychologique. Vous n’avez pas le choix, il faut travailler en équipe dans ce monde moderne ou tout va plus vite. Plus vite vous apprendrez à déléguer, à enseigner et inspirer les autres, mieux vous serez préparé pour la suite. Si vous réussissez à bien le faire dans la trentaine, c’est tant mieux, mais vous devrez l’avoir accompli avant votre quarantaine.

Nous l’avons vu, il faut mettre moins d’effort sur ces limites, et énormément d’effort sur vos forces afin de devenir l’expert ou la personne reconnue dans ce secteur. Mais nécessairement, dans un monde où il faut la plupart du temps « tous faire bien », nous devrons avoir des gens sur qui il faut compter autour de nous. Ces relations de confiance, compétentes et loyales deviendront votre source d’inspiration de motivation.

La mobilisation est l’un de mes sujets préférés. Donc, n’hésitez pas à communiquer avec moi si vous voulez en discuter !

7-   Bâtissez votre réseau de confiance

Nous le disions il y a 30 ans, et c’est encore vrai aujourd’hui. Votre réseau sera votre actif le plus important tout au long de votre vie, que ce soit personnellement ou professionnellement. Ne vous laissez pas enfermer dans votre bureau ou à la maison 18 heures par jour en ne fréquentant que les mêmes personnes. Ce réseau sera la pierre d’assise de tout et pas uniquement de votre carrière, mais tout le reste.

Ceux qui me connaissent bien le savent, le réseau de confiance est l’un des éléments les plus importants pour moi. Ce réseau vous permettra de grandir, de développer du business, de grandir dans votre organisation, d’avoir des promotions, et de vous faire une place au soleil, dans le secteur que vous aspirez. Soyez visible et présent. C’est aussi important que votre boulot, et je dirais même plus, cela fait partie de votre boulot.

Je ne compte plus les gens que j’ai rencontrés qui se réveillent un jour à quarante ou cinquante ans, qui ont « bossé » toute leur vie dans un bureau et qui se retrouve avec un réseau déficient ou mal développé, qui essaie de développer ce réseau en quelques mois. C’est impossible. Bâtir un réseau de confiance est comme espérer faire pousser une forêt en une année. Les relations de confiance prennent du temps, de l’effort, et de la continuité. Plus tôt vous l’aurez développé, plus belle sera votre forêt, et plus vous aurez du succès. Et tout comme une forêt, il doit y avoir une grande variété d’espèce et d’essences. Vous devez ainsi avoir un réseau diversifié et dans un large spectre de professions ou de personnes…

8-   Apprenez à vous taire et de parler au bon moment

Plus vous monterez dans l’échelle hiérarchique, plus l’écoute sera importante. Vous le verrez, les personnalités à succès de ce monde sont des gens discrets, qui écoutent énormément de leur environnement. Ils sont toujours à l’écoute des autres, et écoutent bien au-delà des paroles. Ils écoutent les intentions, les émotions et les motivations. Car pour un chef, la discrétion est de mise, et la confidentialité est la clé de la réussite.

Mais un bon chef doit aussi être en mesure d’inspirer de motiver son entourage afin des les mener plus loin. Donc, la parole doit être claire, le message concis et pertinent. Le message doit avoir de l’impact afin d’atteindre le but visé.

Donc, ne colportez pas les ragots, les rumeurs de tapis, «Radio Corridor» cessez de vous intéresser à la médisance et des éléments démotivants pour vous ou les autres. Mais restez aux aguets aux conversations. Elles vous permettront de bien comprendre ce qui se passe dans votre environnement.

Finalement, vous le verrez au cours de votre quarantaine, la discrétion et la confidentialité deviendront la clé de votre succès. Ne vous ouvrez uniquement aux gens avec qui vous avez une très grande confiance. Car malheureusement, plus vous montez dans l’échelle hiérarchique, plus « on joue dur ». Le business à haut niveau est un sport violent. Donc, développez dès maintenant les aptitudes qui vous permettront de vous grandir.

9-   Soyez loyal

J’ai écrit au début de l’un des chapitres de «Vendre son cerveau», « la confiance se gagne par goutte et se perd en litre ». C’est d’autant plus vrai lorsque vous approchez la quarantaine. La loyauté est l’unique valeur sur lequel les personnes avec du succès peuvent compter tout au long de leur carrière. Car, qui dit loyauté, dit aussi que nous pouvons compter sur ces personnes lorsque les choses tourneront « moins bien ».

Cette loyauté vous permettra tout au long de votre carrière de vous assurer de la réputation de fiabilité, de solidité et de constance. Les mercenaires seront toujours un jour ou l’autre évincés. Les gens à succès n’aiment pas les mercenaires, car au final, ces mercenaires se vendent au plus offrant, et ce au détriment des autres pour eux-mêmes. Oui le mercenariat peut paraitre très attirant lors de la vingtaine ou de la trentaine, mais lorsque les choses seront sérieuses dans la quarantaine, la réputation de mercenaire vous suivra tout au long de votre carrière. Comme je le dis souvent, il faut toujours se méfier des gains à court terme, car trop souvent ces gains à court terme, cachent une perte importante sur le long terme.

Soyez loyal oui, mais pas au détriment de votre progression aussi. La loyauté aveugle est aussi dangereuse que le mercenariat. Sachez où vous voulez aller et soyez clair dans vos objectifs. Et bien sûr, la pire chose qui peut vous arriver est d’être loyal à un mercenaire, ou un mercenaire qui exploite les loyaux afin d’assouvir ses propres objectifs.

Donc en d’autres mots, soyez loyal, mais gardez les yeux ouverts et choisissez vos alliés avec parcimonie. Et si rien ne fonctionne, alors procédez au prochain accomplissement.

10-  Commencez à vous amasser une « réserve d’urgence »

Personnellement, cette recommandation fut l’une des plus importantes pour moi. C’est grâce à cette réserve d’urgence que je fais aujourd’hui le plus beau métier sur terre. C’est parce que je me suis donné les moyens de le faire. Et j’y travaille depuis bien longtemps.

Amassez un montant significatif qui ne sera ni investi dans vos REER, ni dans votre retraite, ni dans vos actifs. Cette réserve d’argent liquide vous permettra un jour de quitter un environnement malsain, ou de quitter pour réaliser vos rêves. Cette réserve doit être un montant significatif qui vous permettra de passer du temps sans salaire, que ce soit 6 mois, une année ou même plus. Ce montant vous permettra toujours de changer de carrière, ou de refaire votre vie si rien ne fonctionne, ou si vous avez fait de mauvais choix. Cette liberté qu’apporte ce montant vous donnera la possibilité de reprendre une formation dans un secteur de pointe mieux orienté vers vos propres aspirations.

Mais dans notre monde de consommation, et nous consommons beaucoup trop. Des maisons trop grosses, trop grandes, des voitures toujours plus chères, des voyages toujours plus exotiques. Nous sommes constamment sollicités afin de dépenser jusqu’aux derniers deniers amassés et même de contracter des dettes toujours plus grosses. Comme l’économie actuelle est basée sur la consommation, la machine économique nous pousse toujours à aller plus loin, acheter plus et en faire plus. Il est difficile d’amasser un montant qui nous semble perdu. La pression sociale à la consommation est énorme.

Donc, je recommande non pas «la simplicité volontaire », mais de garder un petit montant pour les jours ou les choses se corseront, car inévitablement, vous aurez « coups de Trafalgar » et vous frapperez votre « Waterloo ». Vous n’êtes pas différents des milliards d’humains sur terre, un jour ou l’autre, cette réserve d’urgence sera utile pour vous sortir du pétrin.

De plus, le simple fait de savoir cette réserve d’urgence présente vous permettra de développer cette « zénitude » si importante. Car quelque part, au fond de vous, vous saurez que si jamais les choses se corsent, vous pourrez toujours dire « Bye Bye Boss » sans mettre votre vie sens dessus dessous. Vous serez serein dans cette démarche et surtout vous serez plus indépendant d’esprit. Cette indépendance vous permettra de faire les bons choix à long terme et détriment des mauvais choix à court terme. Sans compter qu’une personne prise avec les obligations financières par-dessus la tête est beaucoup plus enclin à accepter l’inacceptable.

Commencez tôt dans votre carrière, par petit coup, et restez de glace devant le chant des sirènes qui vous sollicitera afin le de dépenser inutilement.

***

Ces quelque 10 éléments ont marqué ma trentaine et me sont restés en tête tout au long de ma quarantaine. Et alors qu’aujourd’hui, j’amorce cette nouvelle dizaine, je constate aujourd’hui comment ces éléments sont importants tant pour ma vie professionnelle que personnelle. Dans ce monde complexe ou la pression de la performance est toujours plus forte, ces accomplissements me permettent de garder la tête haute et d’atteindre mes rêves.

Justement en parlant de ces rêves, j’ai un élément bonus à rajouter.

Gardez votre sens de l’humour 

Vous le savez, rien n’est éternel. Ni la vie, ni la carrière, ni le succès. Car un jour ou l’autre, vous devrez mettre fin à quelque chose. Gardez le sens de l’humour, et sachez rire de vous-même, cette légèreté vous permettra toujours d’aller plus loin, et d‘accomplir vos aspirations.

Bon quarantième

Voici le lien pour le PDF de l’article: 10 choses à faire avant d’avoir 40 ans

Stéphane

Note :  Inspiré de « What to do before you’re 40, Condensed from Success, Micheal Korda, 1988”

 

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Laisser un commentaire


*

*

Translate »