Leaders DANS le changement- Le RESPECT

Par Stéphane Deslauriers

Lors de la chronique précédente, je vous ai fait part de ce projet un peu différent, c’est-à-dire de vous présenter une série d’articles sur les 10 qualités des Leaders dans le changement.  Nous avons vu, la différence entre les leaders DU changement et les leaders DANS le changement.  En quelques mots, nous avons vu que le monde moderne va beaucoup plus vite que peut le permettre notre évolution.  Nous sommes dans un monde ou les changements sont et seront constants, non pas uniquement par l’arrivée de la technologie, mais les changements qui s’amorce changent nos vies profondément (voir lien Les 10 qualités des leaders dans le changement partie 1).

Maintenant, nous verrons une à une les qualités essentielles des Leaders DANS le changement, soit ceux qui non seulement seront en mesure d’embrasser les changements, mais qui seront en mesure de mobiliser les autres à le faire.  Ceux, qui inspireront qui,  non seulement montreront l’exemple, mais qui permettront aux autres d’embrasser cette nouvelle vie.

***

Le Respect

Le respect est une qualité fondamentale de tout leaders diriez-vous. Mais plutôt que de donner des arguments « tarte à la crème » sur le sujet, je vous invite à passer au second niveau, et comprendre ce que veut vraiment dire le mot respect.  Selon Larousse, le respect est :

« Sentiment de considération envers quelqu’un, et qui porte à le traiter avec des égards particuliers ; manifestations de ces égards »

Et plus pertinent pour notre discussion d’aujourd’hui :

Traiter quelqu’un avec respect, déférence, avoir de la considération pour ses opinions : je respecte vos convictions (voir note 1)

Donc, en soit, respecter les autres implique d’une façon directe que nous sommes conscients qu’il y a des autres autour de nous et qu’inévitablement, cette notion de respect sera essentielle d’accord?  Mais pourquoi est-ce que l’on parle de respect ? Au fond, tout le monde sait qu’il faut respecter les collègues, ses employés ses patrons, ses amis, ses enfants et sa famille non?  Pourquoi en faire un point spécifique alors que tout le monde le fait?  Il n’y a personne ici qui délibérément « manque de respect » envers quelqu’un d’autre.   Je ne crois pas que personne ne se lève le matin en se disant d’une façon consciente « ce matin je vais manquer de respect envers quelqu’un ».

Mais en fait, le respect c’est facile lorsque les autres sont d’accord avec nous non?  Il est facile de respecter les autres tant que nous les humains, nous les reconnaissons comme membre de notre « clan », nos coutumes, notre espèce.  Tant et aussi longtemps que les autres fonctionnent dans le même schème de valeur, ou les mêmes lois, ou les mêmes convictions, ou plus largement, qu’ils font partie de la même culture que nous, ce respect est plus facile.  Mais, nous l’avons vu ce n’est plus le cas.  Le monde se mélange à une vitesse folle.

Nous l’avons vu, le petit appareil que vous avez dans les poches permet une ouverture sans précèdent sur le monde actuel. Et cet appareil, qui est partagé par une vaste majorité d’humains sur terre, permet aussi de le faire.

En 2016, il était évalué que plus de 75% de la population mondiale possède un téléphone portable et qu’en 2019, près de 2,5 milliards d’utilisateurs dans le monde auront un téléphone intelligent branché sur internet.  Tout cela en sachant que nous sommes aujourd’hui 7,597 milliards de personnes dans le monde.  En fait, près de 33% de la population mondiale a accès à internet en tout temps, accès à toutes les cultures du monde.  Vous vous rendez compte?  Pas uniquement nous, mais la planète entière s’ouvre.  Il est aujourd’hui pratiquement impossible de vivre en autarcie.  (note 2, 3 et 4)

***

Les perturbateurs externes

Mais si je vous en parle aujourd’hui, c’est qu’inévitablement, ce flux d’information crée des mouvements dans la population, dans le mélange de culture, de schème de pensée et bien sûr de valeurs.  Ce mélange de valeur affecte l’ensemble de la planète d’une façon ou d’une autre.  Car le choc des cultures n’est pas uniquement un phénomène local ou national, au Canada, en Europe ou aux États unis, c’est un phénomène mondial.  Nous avons souvent tendance à voir ce choc des valeurs, cette différence à travers notre propre nombril, ce qui est normal, mais sachez aussi que ce choc est tout aussi grand ailleurs.  Tout simplement, car des milliers de cultures, qui ont vécu, et grandies plus ou moins de leur côté pendant des dizaines, des centaines, voire des milliers d’années, se retrouvent de plus en plus bigarrés, entremêlés, confrontés dans ses éléments les plus profonds.

Mais l’humain est un animal curieux, ce qui a bien sûr fait son évolution et son succès.  C’est grâce à cette soif de l’exploration et de la découverte que l’homo sapiens est parti des côtes du Grand Rif africain, et a colonisé l’Europe, l’Asie et l’Amérique.  On sait aujourd’hui,  que l’homo sapiens bien qu’étant l’espèce dominante sur terre, a frayé avec l’homme de Neandertal et les autres sous espèces d’humains vivant à cette époque, en échangeant liens culturels et adn. (note 5)

Ainsi, nous constaté une augmentation de 7% du nombre de touristes de par le monde en 2017, soit environ 1,3 milliard de personnes.  Au cours de cette même année, plus de 4,1 milliards de personnes ont pris l’avion et nous prévoyons 7,8 milliards en 2036.  Des chiffres impressionnants. (note 6 et 7)

Et finalement, de ces touristes, inévitablement, il y en aura une proportion qui décidera de s’installer ailleurs et d’immigrer.  Non pas pour « faire chier la population locale », mais simplement de faire ce que nous ferions tous, c’est-à-dire de trouver une meilleure vie pour nous et nos enfants. C’est humain.

Les vagues d’immigrations dans le monde sont nombreuses, si ce n’est que l’occupation du territoire, mais aussi l’évolution, les guerres et les conflits.  Depuis toujours les humains cherchent à survivre et s’éloigner des dangers naturels, ou créés par l’homme.  C’est tout simplement humain.   (note 8, 9 10,  11 et 12)

Ces « nouveaux arrivants », ils sont merveilleux lorsqu’ils viennent dépenser leur argent chez nous et créer de la richesse, mais il n’arrive pas uniquement avec leur argent, ils arrivent avec leurs cultures, leurs valeurs.  Et vous-même lorsque vous visitez un autre pays, vous êtes vous-même un agent perturbateur de la culture de l’autre.  Vous représentez vous-même le choc des cultures.  Nous représentons tous le choc de culture d’un autre.  Et ces chocs de cultures apportent leurs lots de tensions et de difficultés.

***

Les perturbateurs internes

Souvent lorsque l’on évoque les changements, il est certainement facile de regarder l’autre, et d’y voir la source de nos problèmes.  Mais les sources de changement sont aussi internes.  Ils sont propres aux grands changements démographiques.

Vous le savez tous, la fin de la Seconde Guerre mondiale a créé partout à travers le monde, un baby-boom, soit une recrudescence des naissances.  Ce phénomène c’est retrouvé une peu partout non seulement en Europe et en Amérique, mais aussi en Asie, en Chine.  En fait partout, ou la crainte de la mort a sévi, les hommes et les femmes, probablement par instinct de survie, ou avec des lois incitant de la faire, on eu de nombreux enfants.  De plus, le premier véritable mélange de culture du xxe siècle a amené de nombreux Européens à découvrir le monde, mais surtout a permis à des millions de Nord-Américains qu’il existait autre chose que l’Amérique du Nord sur la planète. Une période faste…. Mais…

Il est toujours facile d’idéaliser des époques que nous n’avons pas connues personnellement. Vous en parlerez avec ces boomers des débuts de leurs enfances, et je doute que la majorité vous raconte comment la vie était douce et gentille.  Le début de la reconstruction du monde a apporté bien sûr son niveau de tension. Par contre, la richesse collective qui s’est bâtie par la suite a permis une belle époque, celle des 30 glorieuses en Europe, ou de la Révolution tranquille au Québec.  Des époques ont l’on construisait ou tout était possible.

Mais aujourd’hui, les choses changent.  Elles changent, car ces baby-boomers, ces bâtisseurs qui ont rêvé le monde dans lequel nous vivons quittent le monde actif du travail, pour prendre une retraite. Certains en sont bien heureux, mais pour d’autres c’est autre chose.  La retraite est difficile simplement parce que leur travail, ce n’est pas un travail c’est leur vie.  Et dire non au travail, pour beaucoup c’est aussi mourir un peu. Jadis c’était eux les vecteurs de changements, jadis c’était eux qui réclamaient des modifications culturelles et sociales.  Nous n’avons qu’à penser à mai 68 et des événements de cette époque.  Ces changements de l’époque sont considérés pour plusieurs d’entre eux comme des dogmes, des changements immuables, des éléments que l’on ne discute pas.

Aujourd’hui, cette génération qui pour beaucoup se sentent exclue de la société, ou jadis ils étaient les acteurs majeurs, crée eux-mêmes des freins, des craintes des peurs à ces changements.  C’est normal, car ces changements viennent des générations d’ensuite, qui cherchent à leur tour de faire leur place. Ils cherchent à leur tour d’installer leurs autorités, leur vision et leur projection de la société.    (note 13  : Mobiliser les cerveaux, réflexion 5 : le choc des générations).

Ces éléments perturbateurs internes sont aussi inévitables, ils font simplement partie de la vie.  Et c’est connu que lorsque la population est vieillissante, elle devient peu à peu réfractaire au changement.  Dans toutes les grandes démographies, nous le voyons, les endroits où le nombre de personnes de la population active sont inférieurs à la population active, inévitablement, cette société se referme.  Ce n’est pas méchant, ni volontaire, c’est instinctif, c’est humain et c’est inévitable. (note 14, 1516 et 17)

***

Si je fais cette longue démonstration pour parler de respect, c’est tout simplement, parce les leaders DANS le changement devront nécessairement faire face à ce nouveau mélange culturel, de valeurs, de coutumes qui est inévitables.  Que ce mélange soit issu d’éléments perturbateurs internes soit les plus jeunes qui imposent leurs valeurs et leurs énergies, qu’externes, soit l’arrivée de nouvelles cultures et de façons de voir la vie. Vous le voyez, ces vagues de changement n’arrêteront pas, tout simplement parce que c’est dans la nature propre de l’être humain de vouloir explorer le monde, mais aussi de survivre, et défendre son territoire.

Et ces changements sont comme l’eau qui monte.  « On peut y mettre des digues tant que l’on veut, mettre beaucoup d’énergie à ralentir le changement, mais au final les digues finiront toujours par lâcher ».

Le changement sera constant au cours des prochaines années, et tous n’ont pas le même degré de tolérance au changement.  Car qui dit changement, veut aussi dire, perdre le contrôle sur une certaine culture, sur un certain rythme de vie.  Le changement veut aussi dire « qu’avant c’était différent, et qu’avant ne reviendra pas ».  Un deuil que tous ne sont pas prêt à faire…

Vous les Leaders dans le changement, vous allez devoir respecter ces charges émotives que représente ces bouleversements.  Et surtout, vous allez devoir AIDER ceux pour qui c’est difficile de le faire.

Le RESPECT c’est soit même faire preuve de TOLÉRENCE envers ceux que nous voulons mobiliser.  C’est accepter que tous ne sont pas au même niveau, ou ont fait le même chemin de vie.

Le RESPECT c’est comprendre que la plupart des gens craignent la perte de contrôle, ce contrôle qui fait qu’inévitablement nous nous sentons en sécurité

Le RESPECT c’est respecter les craintes et les peurs de l’autre, et non pas les rejeter du revers de la main.  C’est agir sur ces craintes, afin de les transformer en défis et stimulations.

Le RESPECT c’est avant tout comprendre que les humains ont tous leurs bagages et des coutumes.  Et qu’il est impossible pour personne d’oublier son histoire et sa culture pour l’autre.

Le RESPECT c’est comprendre qu’il est impossible de FORCER l’adhésion au changement et ce, peu importe le degré de puissance de cette force.  Car, lorsque se sent forcé, il démissionne, que ce soit physiquement, moralement, ou psychologiquement.

Et que finalement RESPECTER  l’autre, c’est comprendre qu’il a un chemin à faire, et que VOUS, le leader dans le changement, devez l’accompagner dans cette route.

***

Lors de la prochaine chronique, nous parlerons aussi d’un concept tellement galvaudé, qu’il vaut la peine de s’y attarder pour bien comprendre de quoi on parle.  Je parle de l’ÉCOUTE. Pas les mots et les phrases, mais ce qui se cache derrière ces mots.  Comprendre le vrai message derrière les mots.

À bientôt

Stéphane

Note: http://www.centaurus.ca/reflexions/les-10-qualites-des-leaders-dans-le-changement-partie-1/

Note 1: https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/respecter/68675

Note 2: https://www.magazine-decideurs.com/news/le-chiffre-du-jour-58

Note 3: https://fr.statista.com/statistiques/574542/utilisateurs-de-smartphone-dans-le-monde–2019/

Note 4: https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/chiffres/tous-les-pays-du-monde/

Note 5: https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/paleontologie-migration-humaine-homo-sapiens-quitte-afrique-plus-tot-prevu-45423/

Note 6: http://www.air-journal.fr/2017-10-27-iata-un-trafic-aerien-mondial-double-dici-2036-5189615.html

Note 7:  http://www.air-journal.fr/2017-10-27-iata-un-trafic-aerien-mondial-double-dici-2036-5189615.html

Note 8: https://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/les-10-plus-grosses-vagues-de-refugies-en-europe-depuis-1920-503699.html?page=10

Note 9: http://www.histoire-immigration.fr

Note 10: https://fr.geneawiki.com/index.php/Histoire_de_l%27Immigration

Note 11: http://www.centreavec.be/site/migrations-dans-le-monde-hier-et-aujourd’hui

Note 12:  http://ccrweb.ca/fr/100-ans-immigration-canada

Note 13: https://www.amazon.fr/Mobiliser-cerveaux-Stephane-Deslauriers/dp/2764025300

Note 14: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1030852/recensement-canada-2016-age-vieillissement-centenaires-baby-boomers-logement

Note 15: https://qe.cirano.qc.ca/theme/marche-travail/population-active/graphique-evolution-population-15-a-64-ans-quebec

Note 16:  https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/chiffres/france/structure-population/pyramide-ages/

Note 17: http://saintandrecm2.blogspot.com/2016/03/geographiepyramide-des-ages.html

 

 

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Laisser un commentaire


*

*

Translate »